Numéro 48
I - Articles téléchargeables

Après l’éditorial qui aborde la question des retraites et qui revient sur celle des institutions, deux textes de réflexion introduisent ce numéro de la revue. Le premier est un entretien avec un professeur de droit, Pierre-Jérôme Delage, dont la thèse portait sur « la condition animale ». Il fait suite, d’un point de vue juridique, aux trois articles de la revue ayant traité des questions d’abattage des animaux et « des droits de l’animal ». Le second article, rédigé par Philippe Portier, s’interroge sur l’exaltation actuelle des « racines chrétiennes » de la France en tant que sources de la recomposition du nationalisme.

Trois articles sont ensuite consacrés à la démocratie : comment pourrait-on en stimuler l’expression par la promotion de « débats non décisionnels » (l’objectif de l’Association Société, cultures et convictions-SOCC) ? Comment prendre acte des mouvements de « colère » qui se généralisent et les dépasser (thème qu’évoque Valentine Zuber en résumant le contenu des Entretiens d’Auxerre de 2019) ? Les institutions politiques actuelles de notre pays ne favorisent-elles pas ces colères et ne pourrait-on les gérer dans un esprit plus démocratique (Philippe Lazar) ?

Jean-François Lévy permet à beaucoup d’entre nous de découvrir que Jacques Offenbach n’est pas que l’auteur bien connu de la Vie parisienne : il est aussi, comme nombre de ses proches, celui d’œuvres liturgiques hébraïques marquantes qui viennent d’être éditées.

Un important encart est consacré à la Nouvelle-Calédonie. Il comporte un entretien avec Thierry Lataste, Haut-commissaire jusqu’en mai dernier, un message du Maire honoraire de Nouméa, Jean Lèques, un autre de l’ancien vice-recteur Jean-Charles Ringard-Flament, deux articles de chercheurs à l’Institut de recherche pour le développement, Édouard Hnawia et Victor David.

II - Articles accessibles dans la version imprimée

Maurice Mourier revient à ses Grands Transparents en nous parlant de François René de Chateaubriand, « l’Enchanteur du XIXe siècle et des éblouissements de son adolescence ». 

Nous rendons hommage à Robert Molimard, l’un de nos fidèles lecteurs et auteurs, mort le 9 janvier 2020.

Et nous donnons enfin « champ libre » à la talentueuse artiste multiculturelle Isabelle Staron-Tutugoro, qui vit et travaille en Nouvelle-Calédonie.

Découvrir/redécouvrir
Mes Grands Transparents, seconde série,VII : Chateaubriand

(Maurice Mourier).

Champ libre à une artiste

Isabelle Staron-Tutugoro,présentée par Alain Camus

© 2019-2020 Diasporiques