Numéro 49
I - Articles immédiatement téléchargeables

Un important dossier ouvre ce numéro de la revue. Il s’inscrit dans le prolongement des réflexions engagées depuis plusieurs mois par Diasporiques sur notre comportement vis-à-vis des animaux, pour lesquels nous sommes allés jusqu’à publier une déclaration de leurs « droits », une expression qui ne fait pas l’unanimité : ne devrait-elle pas être réservée aux humains ? Aussi avons-nous décidé de mettre sur le métier la question de ce qui fonde ce qu’on appelle les droits de l’Homme euxmêmes et notamment leur expression déclarative depuis la fin du xviiie siècle. Nous voulions au départ organiser un débat à ce sujet entre Monique Chemillier-Gendreau, Jean-François Théry, Louis Schweitzer, Bernard Quelquejeu et Philippe Lazar ; les circonstances nous ont conduits à une autre solution, celle de contributions individuelles : un bref historique et des apports à quatre grands thèmes, dont vous verrez que nous avons réussi à les présenter un peu comme si le débat avait effectivement eu lieu. Jean-Claude Trichet, dans l’entretien semestriel qu’il veut bien nous accorder, revient sur la nécessité impérieuse de continuer à bâtir l’Union européenne même si les tensions internes subsistent voire s’intensifient après le Brexit et il ouvre quelques pistes qu’à son sens il faudrait explorer à cette fin. Après un bref écho au sujet de l’association Société, cultures et convictions (SOCC), actuellement ralentie dans son projet de multiplication des débats non décisionnels en petits groupes, Diasporiques publie un texte où Annick Alperovitch et Philippe Lazar nous exposent une utile mise au point sur l’éthique des essais thérapeutiques comparatifs et deux notes appelées par l’actualité du COVID-19.

II - Articles accessibles dans la version imprimée

Maurice Mourier sort de leur cage trois nouveaux Zazzos, toujours aussi étranges et dépaysants, et Jean-Jacques Sadoux nous fait découvrir deux chefs-d’œuvre de jeunesse du grand Abel Gance. Deux ouvrages sont recensés : Le cerveau n’est pas un algorithme d’Olivier Houdé par Bernard Fernandez et La gauche et la race de Manuel Boucher par Michel Dreyfus. Et c’est au peintre joyeux en formes et en couleurs Christophe Ronel que nous donnons cette fois-ci champ libre.

Textes

Zazzos 

Maurice Mourier)

 

Lire

L’intelligence humaine n’est pas un algorithme, d’Olivier Houdé

La gauche et la race. Réflexions sur les marches de la dignité et les antimouvements décoloniaux, de Manuel Boucher

Champ libre à un artiste : Christophe Ronel

© 2019-2020 Diasporiques