Numéro 59
Octobre 2022

Le temps est venu de restaurer le rôle constitutionnel des partis des groupements politiques

Philippe Lazar

Résumé

Le résultat des élections législatives a fait profondément évoluer le fonctionnement de la Ve République et notamment le rôle de l’Assemblée nationale et des groupements politiques qui la composent, alors même que les deux principaux partis qui se sont jusqu’à présent partagé l’essentiel du pouvoir ont perdu une part majeure de leur audience. Cette situation, qui est dans la logique des critiques légitimement apportées à leur incapacité à renouveler leurs propositions, n’en est pas moins préoccupante. Elle résulte aussi du fait que tout se passe comme si l’on avait, de fait, oublié que l’article 4 de la Constitution dispose que ces formations politiques, partis et groupements, « contribuent à  l’expression du suffrage ». Il faut donner un sens opératoire à cette prescription constitutionnelle, de nature à contraindre ces formations à retrouver leur véritable vocation politique, en lieu et place de leur attristante polarisation sur la seule désignation d’un candidat à la future élection  présidentielle.

Thèmes abordés dans l’article

Démocratie, Institutions politiques