Numéro 56
Janvier 2022

La carence de l’enseignement du berbère en France

Aurore Kessaï

Résumé

Le berbère – c’est peu connu ! – est la deuxième langue la plus parlée en France, après le français, avant l’arabe dialectal maghrébin (parlé par environ un million de locuteurs dont certains sont également berbérophones). La France compte en effet entre 1,5 et 2 millions, de Berbérophones dont sans doute près d’un million de Kabyles. Ils sont issus essentiellement du Maroc et d’Algérie. En dehors du remarquable travail de l’Institut, Langue’O le berbère ne bénéficie cependant  d’aucun enseignement piloté par le ministère de l’Éducation nationale,  la langue « d’origine » proposée par l’Éducation nationale aux enfants de filiation berbère étant l’arabe. La langue berbère n’occupe manifestement pas la place qui lui est due en France. La communauté berbérophone, dont une grande partie des membres – notamment ses enfants – sont des ressortissants français, souhaite que sa double culture soit reconnue comme une richesse. Elle ne se complait pas dans la victimisation. Bien au contraire elle adopte une attitude positive en assumant son identité plurielle, convaincue qu’elle est de contribuer ainsi à enrichir, par son propre héritage culturel, la société française (dont elle est partie intégrante) et la culture française (dont elle se revendique).

Thèmes abordés dans l’article

Appartenances, Diasporas, Droits de l’Homme