Numéro 56
Janvier 2022

Un monde que personne ne s’est encore approprié

Sylvia Hays

Résumé

Pour Sylvia Hays, l’artiste à qui nous donnons champ libre dans ce numéro de Diasporiques, la peinture prend aujourd’hui source en Écosse, dans Les Orcades (Orkney), là où la mer du Nord rencontre l'Atlantique. Là où – sans oublier sa culture initiale de jeune Américaine marquée par les questions d’espace et d’échelle, l’influence des peintres de l’École de l’Hudson et son admiration pour l’œuvre de Mark Rothko mais aussi inspirée par l’écrivain allemand « intensément visuel » qu’est W.G. Sebald – elle pense avoir acquis une sensibilité profondément européenne. « Je peux, ajoute-elle, dire en mots mes espoirs et mes ambitions mais les visions dans ma tête si terriblement non réalisées me poussent à peindre encore et encore ».

Thèmes abordés dans l’article

Arts et lettres