Numéro 58
Juillet 2022

Légitimes inquiétudes

La Rédaction

Résumé

Finira-t-on par prendre conscience de la lourde erreur que fut, en 2000, la décision conjointe des deux principaux dirigeants de l’époque, le président Jacques Chirac et le Premier ministre Lionel Jospin, de remplacer le septennat présidentiel par un quinquennat, alignant ainsi la durée du mandat du président de la République sur celle des députés, et de faire précéder l’élection de ces derniers par celle du président ? L’intention était certes louable : mettre un terme à l’étrange système baptisé cohabitation, assurer la stabilité gouvernementale pendant chaque mandature. Et d’une certaine façon, c’est bien ce qui s’est produit, ou presque. Il y a bien eu des changements de gouvernement au cours des trois législatures qui se sont déroulées depuis cette réforme, mais ils ont résulté non d’une censure formelle à l’initiative de l’Assemblée nationale mais d’une décision présidentielle. Mais une stabilité acquise à un prix très lourd : celui d’un exécutif en fait minoritaire dans l’opinion pendant la quasi-totalité du mandat présidentiel.

Thèmes abordés dans l’article

Démocratie, Institutions politiques

Articles apparentés