Numéro 57
Avril 2022

Reconnaître, quelle qu’en soit la formulation, le droit des animaux

Louis Schweitzer

Résumé

 

La revue Diasporiques a déjà abordé à plusieurs reprises la question du droit lors qu’elle s’applique aux animaux. Nous sommes reconnaissants à Louis Schweitzer, qui préside la Fondation Droit animal, éthique et sciences, de nous avoir accordé un entretien qui nous éclaire sur la signification différentielle d’expressions telles que droit animal, droit de l’animal, personnalité juridique d’un animal. Ce qui dès lors nous permet de mieux comprendre le rôle des relations entre l’homme et l’animal dans la formulation et l’utilisation de ces concepts. Je me situe pour ma part, nous dit-il, dans une logique  légaliste et réformiste. C’est pour des raisons environnementales mais aussi éthiques que l’utilisation de l’animal par l’homme va progressivement diminuer. Et c’est là que je suis amené à admettre que l’espèce à laquelle j’appartiens a, comme d’autres espèces tels les carnivores sauvages, le droit d’utiliser, dans certaines conditions, d’autres espèces pour son bien-être. Dans certaines conditions, c’est-à-dire en assurant leur bien-être leur vie durant et, le cas échéant, leur mise à mort dépourvue de toute forme de cruauté. Or de ce double point de vue nous sommes encore loin du compte.

Thèmes abordés dans l’article

Convictions, Sciences et techniques, Droits de l’Homme

Articles apparentés