Numéro 50 Juillet  2020

Apprendre à débattre sans se battre

Michel Aguilar

Résumé

Après avoir montré tout l’intérêt du néologisme interconvictionnel et attiré l’attention sur le nécessaire passage d’une société multiculturelle et multiconvictionnelle à une société interculturelle et interconvictionnelle, le Groupe international, interculturel, interconvictionnel G3i s’efforce, dans de numéro hors-série de Diasporiques, de mettre en œuvre une phase opérationnelle de ce glissement sémantique. Il s’agit de faire en sorte que nos concitoyens de convictions différentes acceptent de s’écouter les uns les autres et de considérer leurs dissensus non comme obstacles à leur coexistence pacifique mais bien comme bases d’enrichissement mutuel. Pour autant donc qu’ils acceptent d’en débattre.  Au sein de notre pays d’abord. Mais aussi à l’échelle de l’Union européenne.

Thèmes abordés dans l’article

Convictions, Démocratie, Union européenne

Articles apparentés

  • La culture ou des cultures

  • La diversité culturelle, un fait  et un défi

  • L’étroite imbrication des peuples et des cultures

  • La conviction, nature et genèse

  • La diversité d’intensité des convictions

  • L’interconvictionnalité

  • Charte européenne de l’interconvictionnnalité

  • Processus pré-décisionnels  et décisionnels

  • Débats non-décisionnels

  • La parole des soccollégiens

© 2019-2020 Diasporiques