Numéro 45
I - Articles téléchargeables

Sans être thématiques, les divers numéros de la revue ont chacun une dominante. Le numéro 45 s’attache en particulier à la résilience de l’Union européenne face aux risques auxquels elle est confrontée.

L’éditorial du numéro témoigne de nos interrogations européennes à quelques semaines d’un scrutin pour le moins incertain. Le complète un court texte sur quelques étrangetés rédactionnelles de la Constitution française. Dans son second entretien avec la revue, Jean-Claude Trichet nous dit que le principal obstacle au développement de l’Union est l’ambition-même d’un projet sans précédent historique, un projet déjà fortement engagé à de multiples points de vue et qui ne peut que réussir.

Jacques Aron part du constat inquiétant que nous assistons à une réorganisation de forces politiques conservatrices de plus en plus décomplexées par rapport à celles qui ont conduit aux catastrophes du passé et en conclut que la recomposition des forces sociales autour d’un autre projet de société ne pourra faire l’économie de la démocratisation des grandes institutions internationales et supranationales, aussi difficile soit-elle.

La revue ouvre ensuite un dossier sur lequel elle reviendra dans ses numéros à venir : celui des conditions de vie et de mort des espèces animales. Alice Di Concetto, « lobbyiste » à Bruxelles au sein d’une fédération d’une soixantaine d’associations de protection animale, montre qu’il reste encore beaucoup d’étapes à franchir pour atteindre un niveau acceptable de respect des espèces dont nous commençons seulement à prendre conscience qu’elles sont dotées à la fois de sensibilité et d’intelligence émotionnelle, en d’autres termes de sentience. Puis, dans le cadre d’un dialogue empreint de franchise, le Grand imam de Bordeaux, Tareq Oubrou, prend clairement position au sujet de l’abattage rituel : « l’éventuel étourdissement préalable des animaux doit être non létal et compatible avec l’exigence d’une saignée efficace ».

Jean-Jacques Sadoux dresse un portrait attachant d’un des plus « américains » et des plus féministes des cinéastes  d’outre-Atlantique, Howard Hawks.

II - Articles accessibles dans la version imprimée

Maurice Mourier renoue avec ses Grands Transparents, en l’occurrence avec « le plus considérable de ses fantômes, André Breton ».

Mes Grands Transparents, seconde série,
VI : André Breton (Maurice Mourier)

© 2019-2020 Diasporiques