Numéro 59
Octobre 2022

Tombeaux, Autobiographie de ma famille, de Annette Wieviorka

Léopold Braunstein

Résumé

Minutieusement, en recourant aux archives et aux témoignages qu’elle manie professionnellement, Annette Wieviorka  raconte des vies bousculées et des destins anéantis, sans pathos mais sans dissimuler les sentiments qui l’agitent. Le livre, en premier lieu, est un hommage au grand-père qu’elle n’a pas connu, à la grande figure de la famille paternelle assassiné à Auschwitz, Wolf Wieviorka, l’écrivain et journaliste yiddish du Paris de l’entre-deux guerres. Ce qui frappe ensuite est l’extrême pauvreté dans laquelle ont vécu les grands-parents Wieviorka immigrés de Pologne, les mille débrouilles que ces étrangers inventent pour vivoter, les déménagements de taudis en taudis…S’ils appartiennent à la même génération et au même groupe social, ils semblent vivre dans un monde différent…

Plaçant son écriture au niveau des gens ordinaires, Annette Wieviorka raconte et rappelle, de façon simple et précise, les mesures antisémites de Vichy, les exactions, les années de privations et d’angoisse, les dilemmes au sujet des décisions qui doivent être prises dans l’instant par des gens ordinaires : fuir, se cacher, travailler, se battre, trouver de l’aide, des faux papiers, de l’argent, un passeur vers la « zone libre », vers la Suisse, toutes situations auxquelles nombre de familles juives ont dû faire face sans s’y être préparées,  au milieu des rumeurs et des fausses nouvelles et des risques de dénonciation.

Thèmes abordés dans l’article

Diasporas