Numéro 59
Octobre 2022

L’abbé Grégoire, une « tête de fer en révolution », de Françoise Hildesheimer

Pierre Papon

Résumé

Rares sont les biographies consacrées à l’abbé Grégoire, un personnage marquant de la Révolution française et souvent clivant, auquel la République a rendu un hommage tardif en organisant le transfert de ses cendres au Panthéon, en 1989, à l’occasion de la célébration du bicentenaire de la Révolution, en même temps que celles de Condorcet et de Monge. Françoise Hidelsheimer qui est conservatrice générale honoraire du patrimoine et spécialiste de l’histoire politique et religieuse de l’Ancien Régime, a voulu mettre au jour avec cette biographie les facettes originales et complexes de cette riche personnalité largement méconnue. Invité à assister à la cérémonie du Panthéon, le 12 décembre 1989, l’archevêque de Paris Mgr Lustiger refusa d’y assister estimant que l’abbé Grégoire avait une conception gallicane de l’Église « différente de la tradition catholique ». Il ajouta que celui-ci allait être inhumé aux côtés d’anciens adversaires comme Voltaire et Marat, mais ce dernier n’est pas au Panthéon et l’auteure observe, avec raison, que le cardinal aurait pu se réjouir que l’abbé Grégoire  allait y rejoindre un autre défenseur des droits de l’homme, Victor Schoelcher…

Thèmes abordés dans l’article

Convictions, Démocratie, Droits de l’Homme