Numéro 57
Avril 2022

L’exercice de la souveraineté n’est plus une affaire exclusivement nationale (et deux autres thèmes d’entretien)

Jean-Claude Trichet

Résumé

 

Pour le nouvel entretien semestriel qu’il nous a accordé, Jean-Claude Trichet a accepté de répondre à nos questions sur un sujet majeur : la gestion du concept de souveraineté à l’échelle de l’Union européenne et de ses États-membres. Nombreux sont ceux qui pensent comme moi, dit-il, que la « souveraineté » du peuple français pourrait être mieux exercée, avec plus de force, plus d’autorité et plus de chance de succès si elle l’était conjointement avec d’autres nations. C’est ce qui a conduit à créer progressivement, sur une période historique de 72 ans, l’Union européenne et ses institutions. Si l’UE veut être dans les quatre plus grandes puissances influentes à la fin du siècle, il lui faudra achever une véritable union politique et partager une large part des décisions nationales en matières de sécurité, de défense, de diplomatie… et pas simplement en matière de monnaie, d’économie et de commerce. À propos  de l’effondrement actuel en France de l’expression politique de la social-démocratie, Jean-Claude Trichet  regrette qu’elle ne se soit pas résolument engagée dans une politique de « désinflation compétitive » dont il rappelle le sens et la portée. S’agissant enfin de la situation en Ukraine, Jean-Claude Trichet estime, à la date de l’entretien (le 15 février 2022), « qu’il ne fait pas de doute que Vladimir Poutine veut totalement asservir l’Ukraine » et il constate avec satisfaction la volonté de l’UE de faire front en commun à ce projet.

Thèmes abordés dans l’article

Démocratie, Nationalisme, Institutions politiques, Union européenne