Numéro 46 | Juillet 2019
Le cinéma muet britannique dAlfred Hitchcock... nous parle encore !
Jean-Jacques Sadoux

Résumé

C’est un grand saut en arrière que nous propose Jean-Jacques Sadoux. Le cinéma d’Alfred Hitchcock n’est pas uniquement américain et parlant, la première partie de son œuvre fut muette et réalisée en Angleterre. Il tourna dans son pays natal toute une série de films avant l’arrivée du sonore et ceux-ci méritent plus qu’un coup d’œil en passant. Et ils éclairent de surcroît la partie la plus connue de ses productions. Ils lui ont permis de tester plusieurs des procédés qu’il utilisera ultérieurement dans des films parlants mais avec déjà la même intensité dramatique, comme celui de l’escalier, porteur d’un angoissant suspense, ou encore le thème du faux-coupable harcelé par la haine des bien-pensants. Et l’on peut déjà dire à cette époque première de ce cinéaste : « Le crime ne peut exister sans son contraire apparent, l’innocence. Mais plus encore que sur le crime, le cinéma de Hitchcock repose sur l’innocence ».

 

 

Thèmes abordés dans l’article

Activités culturelles, Capitalisme, Inégalités

© 2019-2020 Diasporiques