Numéro 47
I - Articles immédiatement téléchargeables

C’est avec un retour sur notre avenir européen que débute le numéro 47 de Diasporiques, ce numéro qui bouclera notre douzième année d’existence en heureuse coopération avec la Ligue de l’enseignement. Jean-Claude Trichet nous confirme sa foi en l’avenir de l’Union européenne, quelle que soit la décision finale du Royaume-Uni, sa préférence étant néanmoins que le Brexit se fasse sur la base d’un accord.

 Nous revenons ensuite sur la question, à nos yeux essentielle pour la démocratie, du développement de cette catégorie de débats que nous avons qualifiés dans le précédent numéro de « non décisionnels ». Cet article amorce ce qui pourrait devenir une rubrique régulière si le projet en question prend l’ampleur que nous souhaitons.

47 numéros et non 48 car en 2015, pour des raisons indépendantes de notre volonté, nous n’avons pu éditer que trois numéros.

II - Articles accessibles dans la version imprimée et qui seront téléchargeables à la parution du numéro 48 (janvier 2020)

Jacques Aron évoque le risque d’une dérive extrême-droitière de son pays, la Belgique, sans la croire vraiment souhaitée par la majorité de ses compatriotes. Jean-François Théry nous aide à mieux comprendre l’articulation des lois et règlements européens et français.

Nous poursuivons ensuite les réflexions engagées dans les deux précédents numéros sur la question très sensible de l’abattage des animaux de boucherie. Après avoir interviewé le Grand-imam Tareq Oubrou et le  Grand-rabbin Bruno Fiszon, c’est maintenant au président de l’œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoir, le vétérinaire Jean-Pierre Kieffer, que nous demandons ce qu’on pourrait (et selon lui devrait) faire pour alléger les souffrances des animaux lors de leur abattage, qu’il soit ou non rituel.

L’un de nos lecteurs, le docteur vétérinaire Jacques Anatom, nous a écrit pour nous faire part de sa réaction à la lecture de leurs prises de position.

Européaniser

La Belgique risque-t-elle de virer à l’extrême droite ? (Jacques Aron)

La souveraineté de la loi est désormais « encadrée »
(Jean-François Théry)

Débattre

Oui, on peut limiter les souffrances des « bêtes d’abattoirs » (Jean-Pierre Kieffer)

Voir/revoir

Carl Dreyer, un grand poète visionnaire du cinéma

(Jean-Jacques Sadoux)

 

 

 

III - Articles accessibles dans la version imprimée

Maurice Mourier, qui reporte au numéro suivant la présentation de Chateaubriand, nous régale de trois nouveaux Zazzos et Jean-Jacques Sadoux nous parle d’un cinéaste dont chaque cinéphile a le nom, Carl Dreyer, en tête mais dont l’œuvre est néanmoins souvent mal connue.

Trois ouvrages sont recensés. Alain Berestetsky revient vers nous avec la recension d’un livre qui l’a touché, le Mauvais Juif de Piotr Smolar et Philippe Lazar commente les derniers essais de deux auteurs bien connus de nos lecteurs : L’an passé à Jérusalem de Jacques Aron et Régression de la démocratie et déchaînement de la violence de Monique Chemillier-Gendreau.

Notre rubrique « Champ libre à un artiste » est cette fois confiée au peintre Serge Kantorowicz, que nous présente son ami l’écrivain Hubert Haddad.

Zazzos (Maurice Mourier)

Champ libre à un artiste : Serge Kantorowicz, présenté par Hubert Haddad

© 2019-2020 Diasporiques