Numéro 43 | Octobre2018
Le « foot », éclairant révélateur du malaise identitaire de ses supporters post-yougoslaves
Loïc Trégourès

Résumé

Les rencontres de football opposant des clubs ou des sélections des pays issus de la Yougoslavie sont émotionnellement très chargées, si bien que le jeu lui-même passe souvent au second plan. Le souvenir de la guerre représente une sorte de grammaire des tribunes, un ensemble de codes et de règles que les populations yougoslaves savent identifier. Le stade est le réceptacle de manifestations qui ne sauraient être déconnectées de la tendance généralisée au révisionnisme et à la poursuite d’une rhétorique nationaliste banale dans la région. C’est pourquoi ce qui s’y produit régulièrement doit être regardé non pas comme un folklore de mauvais goût, au fond pas différent de la pratique habituelle de la provocation chez les supporters, mais comme un symptôme de quelque chose de plus profond, de quelque chose qui ne passe toujours pas.

Thèmes abordés dans l’article

Appartenances historiques et culturelles, Convictions, Inégalités, Nationalisme, Union européenne

© 2019-2020 Diasporiques