Dans ce numéro

La superbe couverture d’un numéro de 1907 du Petit Parisien que nous offre Michel Dixmier donne le ton : l’histoire, ce seraient avant tout quelques grands hommes et quelques grands mythes ! En fait cette vision instrumentalise l’idée de nation, comme nous le montre magistralement Maurice Mourier à partir d’une exégèse de textes de Voltaire. Un thème central aussi du débat qui suit entre Suzanne Citron, Édouard Husson et Shlomo Sand, qui s’interrogent sur le poids du roman national dans la construction des référents historiques de nos sociétés. Deux autres regards complètent ces analyses : celui de Jacques Aron, qui nous fait découvrir « le plus juif des philo­sophes allemands et le plus allemand des philosophes juifs », Constantin Brunner, et celui de ­Michel Dreyfus qui revient sur son étude de l’antisémitisme à gauche que nous avait présentée Antoine Spire dans le précédent numéro de la revue. Autre découverte, grâce à Domingos ­Lourenço Vieira, celle de l’écrivain Miguel Torga, très préoccupé des racines et du devenir de la culture ­portugaise au regard de la culture universelle.
En transition vers la partie plus culturelle (au sens des lettres et des arts) de la revue, Philippe Auzet nous montre comment il est possible « d’accompagner » la jeunesse dans sa libre expression artistique, avant que Claudine Helft ne nous fasse découvrir ce merveilleux « avaleur de monde » qu’est le peintre et dessinateur Tudor Banus et que Suzanne Pourchier nous rappelle à quel point l’École de Paris a bénéficié, au début du xxe siècle, de l’apport des peintres et sculpteurs litvaks. Suivent quatre recensions de livres, deux d’ordre politique, deux d’ordre poétique. Sept œuvres inédites du poète François Lescun sont par ailleurs égrenées au fil des pages de la revue. Et, bien entendu, figurent aussi les deux rubriques habituelles : la Revue des revues de Georges Wajs et les Chroniques de Charles Conte.
Diasporiques nous apporte en outre, cette fois-ci, deux encarts en couleurs. Le premier, dû à la seule plume du militant alsacien Pierre Klein, renoue de façon très engagée avec les premiers regards naguère portés par la revue sur des « peuples et cultures » : les Corses (dans le n°5) puis les Roms (dans le n°6). Quant à l’encart habituellement consacré aux grands mythes de l’humanité, il prend cette fois le parti de nous faire découvrir un autre aspect de la culture, en l’occurrence les traditions culinaires de l’Irlande, par la plume d’Anne-Emmanuelle Lazar, ainsi que de délicieuses recettes de ce même pays grâce au talent de cuisinière de Sylvie Kuisinexkise ; le tout agrémenté d’un joli tour de magie pour les Diasporikids !

Couv 10


Retour Accueil Numéro 11 Numéro 10 Sommaire
du Numéro 9
Numéro 8 Numéro 7
Numéro 6 Numéro 5
Numéros antérieurs
Achetez des numéros Abonnez-vous
Haut