Dans ce numéro

Ce numéro s’engage par un débat sur la démocratie représentative : qu’entend-on par « représentation » ? L’élection est-elle le meilleur garant de la démocratie ? Ne pourrait-on pas modifier la structure de l’Assemblée nationale sans nécessairement toucher à la Constitution ? Suit l’esquisse de ce qui pourrait être une charte européenne de l’interconvictionnalité, c’est-à-dire un appel à des confrontations non violentes des convictions dans le respect de leur légitime diversité.
Claude Burgelin prend appui sur le livre de Georges Perec Ellis Island et sur le film de Robert Bober et Georges Perec, Récits d’Ellis Island, pour revenir à la question migratoire qu’illustre la photographie, à la une de ce numéro 37, d’une famille italienne arrivant à New York en 1907, photo que nous a aimablement confiée Robert Bober. Jean-François Théry poursuit quant à lui son travail d’information sur les textes qui régissent les institutions de notre pays.
Maurice Mourier, en alternance avec ses Grands Transparents, nous fait connaître cette fois quatre nouveaux fantasmagoriques Zazzo. Et c’est au réalisme magique de Louis Feuillade que Jean-Jacques Sadoux consacre sa chronique cinématographique. Philippe ­Brenot nous fait découvrir le récit des années de clandestinité de Moriz Scheyer. Philippe Lazar attire notre attention sur l’attachante quête de Zaher Massoud des racines des monothéismes. Charles Conte nous fait partager son intérêt pour deux ouvrages consacrés à la franc-maçonnerie : celui d’Alain de Kehhel et celui d’Yves Hivert-Messeca.
C’est en tant que sculpteur que Bernard Thomas-Roudeix a cette fois champ libre dans la revue et c’est Pascaline Mourier-Casile qui a bien voulu accepter de nous dire ce que son œuvre picturale et sculpturale lui inspire.
L’encart régional est à nouveau consacré aux régions d’Outremer, comme le seront encore les deux suivants. Le débat qu’il rapporte, qui réunit autour de responsables des Conseil de la culture, de l’éducation et de l’environnement des Outremer (CCEE) trois anciens ministres (Pierre Joxe, George Pau-Langevin et Catherine Tasca), porte sur l’expérience ultramarine en termes de gestion de la démocratie dans une France plurielle. Philippe Quénel nous montre en quoi l’expérience des Antilles en matière de maladies à transmission vectorielle constitue aussi un précieux atout pour la France métropolitaine et pour l’Europe. Jean-Durosier Desrivières nous fait l’amitié de nous confier un poème inédit. 

Couv37


Retour Accueil

Sommaire 37

Numéro 36

Numéro 35

Numéro 34

Numéro 33

Numéro 32

numéro 31

Numéro 30

Numéro 29 Numéro 28 Numéro 27 Numéro 26 Numéro 25 Achetez des numéros
Abonnez-vous
Haut