Dans ce numéro

Le ­présent numéro revient en particulier sur la dérive droitière de la France. Cette dérive est l’objet même du débat qui entame le présent numéro, un débat entre Charles Conte, Philippe Lazar, Nonna Mayer, Joël Roman et Nicolas Sadoul qui aborde la question de la résistance non seulement à la montée électorale propre au Front National mais aussi à la contamination idéologique qui lui est associée, bien au-delà des limites de ce parti. L’une des perversions induites par le FN concerne la laïcité, redéfinie par ce parti dans une perspective identitaire nationaliste, évidemment contraire à l’esprit et à la lettre de la Loi de 1905. Philippe Lazar présente ensuite une piste de définition du « principe » de laïcité en relation directe avec le respect de l’altérité. Il évoque à ce propos la très originale orientation des écoles Diwan, qui pratiquent dans cet état d’esprit l’enseignement du breton « par immersion ». Maurice Mourier trouve des accents balzaciens pour nous faire pénétrer dans l’univers fascinant de son dix-huitième Grand Transparent, Honoré de Balzac. Cinq livres nous sont ensuite recommandés : Philippe Lazar nous parle du Pierre Mendès France d’Alain Chatriot, qui retrace le portrait de cet homme d’exception que fut PMF et évoque sa carrière dans l’esprit de vérité qui lui était cher ; Bernard ­Quelquejeu nous éclaire sur Les lumières de la religion et leur approche laïque par Jean-Marc Ferry ; Michel Dreyfus nous montre comment Sophie Bessis parvient à dénoncer conjointement le rôle pervers des fondamentalismes religieux et marchands qui conduisent à une Double impasse ; Philippe Brenot fait coup double en nous parlant de deux regards sur le football brésilien, celui de Max de Carvalho (La poésie du football brésilien) et celui de Sérgio Rodrigues (Dribble). Philippe Lazar présente, avec un peu de perplexité, le dernier essai de Jean Baubérot, sur Les 7 laïcités françaises qu’il identifie et analyse. C’est au peintre et sculpteur Michel Politzer que nous donnons « champ libre » dans ce numéro. Nous pouvons bien sûr comme toujours compter sur nos fidèles Alain Berestetsky et Serge Radzyner pour aller pêcher dans d’autres revues des articles susceptibles de retenir notre attention. Jacques Lautman rend compte de l’hommage récemment rendu à Roger Errera, créateur de la collection Diaspora. Si diverses contraintes nous privent cette fois-ci des habituelles chroniques, des mots-croisés (remplacés par un sudoku) et des recettes régionales, Jean-Jacques Sadoux inaugure en revanche une nouvelle rubrique de la revue, consacrée au cinéma, en nous rappelant le message de L’extravagant M. Ruggles.

 

 

Couv_30


Retour Accueil

Sommaire du
numéro 30

numéro 29 Numéro 28 Numéro 27 Numéro 26 Numéro 24
Numéro 23 Numéro 22 Numéro 21 Numéro 20 Numéros antérieurs Achetez des numéros
Abonnez-vous
Haut